Accueil

Nathalie de Harlez de Deulin

Si jusqu’à présent, le domaine du jardin était celui de quelques spécialistes, nombreux sont ceux qui, aujourd’hui, s’ouvrent à ce champ de la connaissance. Car le jardin familial offre, là encore, la possibilité à chacun d’accéder à un savoir qui fait référence au vivant, au biologique, à l’ordre naturel, savoir qui se fonde sur l’expérience de chacun, mais aussi sur une intuition et une sensibilité accrues de la place que l’on occupe dans le monde.  

La pensée contemporaine du jardin ne saurait se passer de l’expérience. C’est elle qui fonde sa spécificité. La maîtrise du réel est un des aspects fondamentaux de la relation au monde. Ce qui est irréalisable pour l’homme dans la vie quotidienne – quelle prise a-t-il sur le monde aujourd’hui ? – il va tenter de le réaliser dans l’espace du jardin.

Catherine Laroze, « Le jardin inspiré », dans Hervé Brunon (dir.),
Le jardin, notre double. Sagesse et déraison, Éd. Autrement, 1999.

portrait de Nathalie de Harlez de Deulin

Activités

Activités de Nathalie de Harlez de Deulin

Formations et médiations

Formations et médiation par Nathalie de Harlez de Deulin

Publications

Les publications de Nathalie de Harlez de Deulin

Dernière publication en vente actuellement

Cet ouvrage de synthèse est le fruit de 15 années de recherche sur le terrain, en bibliothèque et en archives ayant abouti à la soutenance d’une thèse doctorale sous la direction des professeures Dominique Allart (Uliège) et Krista Dejonghe (KUL) et les conseils éclairés de Monique Mosser (Ingénieure honoraire au CNRS) qui en signe la préface.

Sous l’influence de la philosophie des Lumières, des voyages et des découvertes botaniques, l’évolution de l’art des jardins révèle la passion des contemporains pour l’introduction, la collection, l’acclimatation et l’exposition de plantes étrangères. Cette nouvelle vision du jardin contribue à la reconnaissance du statut social du commanditaire et au déploiement de ses valeurs artistiques et culturelles. Elle se manifeste dans des programmes de transformation d’anciens châteaux en demeure de plaisance, l’édification d’hôtels urbains dotés de jardins, l’apparition de de maisons de campagne et de pavillons d’habitation. L’intérêt nouveau porté à la nature stimule une production littéraire d’une incroyable diversité de formes et de genres : des petits opuscules portatifs aux grands albums illustrés, des manuels horticoles aux guides de visite, des récits de voyages de botanistes aux promenades littéraires et à la poésie champêtre.

L’analyse de ces innombrables productions passait nécessairement par le regard des contemporains (concepteurs, commanditaires, artistes, hommes de lettres ou de sciences, voyageurs) dont les témoignages traduisent les modalités d’application de cette évolution du goût pour les jardins –  puis de la nature toute entière – participant directement de l’histoire culturelle de l’Europe des Lumières.